Qui suis-je ?

Les chemins de la résilience

 Printemps de Prague, l’espoir du « socialisme à visage humain » est anéanti par l’arrivée des chars soviétiques en Tchécoslovaquie. Mes parents choisissent de fuir. La France sera notre pays d’accueil. Enfant, j’ai connu à travers eux, l’expérience de l’exil, la séparation avec ceux qui nous sont chers et la difficulté de devoir tout redémarrer à nouveau. Je me souviens de l’angoisse d’arriver en cours préparatoire sans comprendre la langue. Placée au dernier rang, je faisais partie des enfants dont on considérait déjà qu’ils avaient peu de chances de réussir. Peut-être est-ce comme cela que commence ma vocation : apprendre coûte que coûte, comprendre mieux le monde qui m’entoure et refuser un déterminisme insensé.

 Vive le sport !

Là je prends ma revanche. Bouger, c’est me sentir exister, défier mes peurs, calmer mon anxiété. J’aime la sensation de mon corps qui se projette dans l’espace. Mais ce qui est un plaisir à l’enfance, devient un enjeu de performance et se double de la difficulté d’aimer son corps. Un corps qui se transforme à l’adolescence et que l’on compare aux canons de beauté en cours : dure expérience de la construction de l’image de soi…

A côté de mes études en lettres modernes qui seront marquées par l’enseignement d’Henri Meschonnic, penseur de la traduction, du discontinu dans le langage et de poétique, mon goût du mouvement s’exprime dans la danse africaine, l’étude des percussions afro-cubaines puis la danse contemporaine. Mais ici encore je reste prisonnière de la nécessité de performance.

La transition ou le changement de paradigme

La première rencontre décisive est celle avec Martha Rodezno. C’est grâce à elle que je franchis une étape majeure : sortir du faire pour chercher l’être. Mais l’événement déterminant qui va décider de l’orientation de ma vie professionnelle jusqu’à aujourd’hui, est la lecture de Moshe Feldenkrais : Énergie et bien-être par le mouvement. J’admire immédiatement l’acuité de ses réflexions sur l’éducation et l’intelligence de son approche me décide à expérimenter sa méthode. La première fois c’est avec Myriam Pfeffer à Accord Mobile. Ses cours mensuels étaient mémorables et source de transformations pour beaucoup de personnes. Aussitôt, je ressens la puissance de cet apprentissage « incorporé » qui éveille l’ensemble de mon être : mental, émotionnel et corporel.

Certifiée praticienne Feldenkrais en 2012, j’observe les changements que cette méthode apporte non seulement à mes pratiques artistiques mais aussi à mon quotidien. Quel plaisir de sentir la danse émerger de moi et non plus me guider seulement par l’image extérieure. Quel plaisir d’analyser rapidement des séquences de mouvement et d’avoir les outils en moi-même pour mieux les réaliser. Mais je dirais qu’au-delà de la capacité de sentir de manière toujours plus fine mon corps en mouvement, il y a cette sensation d’agir « au plus près de moi » ; cette curiosité vivifiante de m’interroger sur le comment plutôt que sur le pourquoi des expériences : mieux différencier et relier les éléments d’un processus en cours. C’est aussi la qualité de l’attention aux choses qui s’améliore. Bref, me sentir plus incarner, goûter mieux la vie et gagner en autonomie.

Mon métier

Aujourd’hui, je pratique la Méthode Feldenkrais de manière professionnelle auprès d’un vaste public. Cela peut-être avec des personnes ayant subi des lésions cérébrales, des personnes devant récupérer après un accident ou souffrant tout simplement de douleurs de dos, mais aussi des artistes, des sportifs ou des entreprises.
www.bougergrandir.com

Les enfants aux besoins spécifiques

Lynn Bullock, praticienne Anat Baniel que je rencontre durant ma formation, me dit un jour: « tu es faites pour travailler avec les enfants ». Certaines personnes lisent dans votre cœur avant vous! Formée par Lynn Bullock, Nancy Aberle (ABM) et Jeremy Krauss, je travaille à Paris et à l’étranger avec les enfants aux besoins spécifiques depuis 2013. Oui, mon cœur est avec les enfants : ils sont mes héros!

Et tous les jours un nouveau voyage

Offrir l’opportunité à tout individu de se rencontrer, de se découvrir et continuer à s’épanouir grâce à des outils d’apprentissages extraordinaires et puissants, voici ce qui m’anime et continue de me transformer chaque jour. Un pédagogue sait que ses élèves sont ses premiers maîtres. Ce qui me porte c’est cette curiosité insatiable, ce désir de faire jaillir en moi et chez les autres cette source de vie porteuse de joie et de vitalité.